Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


Pierre au sermon (1818) - Denis-Claude Barbier

Publié par Jérôme Nodenot sur 17 Octobre 2013, 09:29am

Catégories : #Naines brunes

Je présenterai ici, en fait, trois courts ouvrages : "Pierre au sermon", la réponse d'un certain M-J à ce sermon, et enfin, la défense de Barbier. Cette discussion animée se situe à la même époque que mon billet précédent, et pourrait apparaître comme l'un de ces "bavardages" dont parle notre auteur anonyme dans "Le livre sans titre...".

"Pierre au sermon" est un bon exemple des questionnements identitaires sous la monarchie constitutionnelle instaurée par Louis XVIII ; ici : comment concilier croyance en Dieu, religiosité, et patriotisme ? Deux amis, Pierre et Ariste, rencontrent au Mans des Missionnaires fanatiques qui leur expliquent dans leur noirceur combien le sang versé lors de la Révolution, entre autre, sera dur à expier, qu'il faut pour cela suivre leurs préceptes dans la plus profonde des ascèses. Pierre est déstabilisé, mais Ariste le patriote droit dans ses bottes lui expliquera qu'il n'y a rien de mal à pratiquer une religion du bon sens, raisonnable. Voici une phrase qui conclut bien le propos : "Vous avez fait le portrait de monsieur notre curé, Oh ! c'est que celui-là ne nous fait pas peur. Il ne parle qu'au coeur. Aussi, nous ne passons jamais devant lui, sans baisser respectueusement notre chapeau. Il nous fait aimer Dieu et respecter la Charte."

La réponse de M-J, dont on ne connaît pas l'identité, est cinglante ; la défense de Barbier, l'auteur du sermon, plus argumentée, plus raisonnable, et selon moi c'est notre Patriote qui gagne c'est une certitude. Je n'en dirai pas plus, chacun se fera son opinion.

Pour le plaisir, je citerai de cette joute par ouvrages interposés simplement quelques phrases sympathiques : "Que sont donc tous les autres , si le plus sage d'entre eux n'est qu'un insensé , qu'un misérable rêveur, qui se perd dans son délire, qu'un cerveau creux, qui ne sait ce qu'il dit ni ce qu'il veut ?" (Commentaire) ; " On découvre, à regret, sous le brillant coloris de votre style, et la dégoûtante platitude d'un valet, et le fiel d'un méchant abbé, et le pédantisme d'un bachelier, et la grossièreté d'un fier-à-bras." (Barbier).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents