Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


La fée sagesse (1860) - Madame J-J Lambert

Publié par Jérôme Nodenot sur 18 Novembre 2013, 19:39pm

Catégories : #Naines brunes

Jules Rostaing, d'après les notices le concernant à la BnF, était un auteur d'opéra comique (livrets) et de vaudevilles ; et puis de temps en temps, souvent même, il lui prenait d'écrire des livres pour enfants, sous le pseudonyme de Madame J-J Lambert. Voilà déjà un élément particulier, cet homme savait faire le grand écart, nous sommes d'accord.

La littérature "jeunesse", qui va être sous les feux de la rampe en 2014 sur Gallica, n'est pas née d'aujourd'hui, et c'est un vrai régal de se repencher sur un genre qui a connu la croissance exponentielle que l'on sait au XXème, à tel point que tous les grands éditeurs ont désormais leur département "jeunesse".

Le plaisir, le régal, c'est de lire des livres pour enfants d'autrefois, avec de splendides illustrations ; de se replonger, aussi, dans l'enfance, la nôtre, mais aussi de ce que fut celle de nos aïeux.

Je ne suis pas sûr que "La fée sagesse" aurait pu être publiée de nos jours : un ouvrage merveilleux, certes, mais surtout un peu niaisement moralisateur. La Comtesse de Ségur faisait des romans moralisateurs aussi et pourtant elle est toujours là, parce que, peut-être, elle traite de caractères "gris" (le blanc et le noir n'existent pas), complexes, réalistes ; parce qu'elle n'a pas peur de parler de la cruauté des hommes.

Il ne faut pas lire "La fée sagesse" pour le côté "moralisateur", un peu trop évident bien que toujours d'actualité (la nature humaine ne changera donc jamais), mais pour le rêve, pour l'exotisme onirique dont nous avons tous besoin. Ce livre se lit très vite (80 pages richement illustrées), et cette histoire de jeune fille (Rose-Mousseuse) qui utilise tous les subterfuges de la vanité pour essayer de devenir princesse (mais la fée sagesse veille heureusement), grâce à la mise en avant d'un petit monde féérique nous donne beaucoup de plaisir (on y voit des lévriers qui tirent une charrette, le nain du prince Faisan-Doré, la petite tisseuse Violette). Se replonger dans un vieux livre que personne ne lit plus a un côté magique ; lorsqu'il s'agit en outre d'un livre pour enfants, la magie est décuplée ; il est vrai toutefois que la littérature jeunesse est un peu mon dada, mais je conseille à tout le monde de redécouvrir, grâce à Gallica, les fonds, notamment, de la Bibliothèque de "L'Heure Joyeuse" (première bibliothèque française dédiée à ce genre littéraire, je donne ci-dessous un lien wikipedia à ce sujet).

Article sous CC-0
To the extent possible under law, Jérôme Nodenot has waived all copyright and related or neighboring rights to Le gallicanaute des naines. This work is published from: France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents