Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


Physiologie de la première nuit des noces (1846) - Octave de St-Ernest

Publié par Jérôme Nodenot sur 29 Novembre 2013, 09:33am

Catégories : #Insolites

Ernest Hemingway rapportait tous les éléments de la vie à une guerre, y compris l'acte sexuel ; Octave de St-Ernest ne voit pas les choses autrement : il préconise que les parents d'un futur marié donnent à ce dernier son ouvrage en deux exemplaires, l'un pour lui, l'autre pour sa dulcinée, pour qu'ils se préparent à l'affrontement. Je cite : "D'un autre côté, l'Agnès la plus timide familiarisée avec l'idée des assauts qu'elle aurait à soutenir, accoutumée à la vue de l'adversaire qu'elle aurait à combattre, ne le craindrait plus quand il viendrait à paraître. Au lieu de se faire traîner sur le champ de bataille comme une victime tremblante elle se présenterait de bonne grâce, et attendrait son vainqueur de pied ferme, sûre d'en triompher à son tour."

Il ne faut pas lire, en réalité, ce texte, pour y apprendre quoi que ce soit, mais en se rappelant Oscar Wilde quand il nous dit que le style prime sur le reste, et qu'un livre n'est jamais moral ou immoral. Et de ce point de vue, je vois, très clairement, en Octave de St-Ernest un ancêtre "spirituel" de notre Sacha Guitry national, en matière de misogynie humoristique ; qu'importe la vérité de ce qui se dit, l'important est de rire de la formule.

Dans le fond, ce petit manuel du mariage nous conseille de ne pas épouser une femme juste pour sa beauté, d'éviter le sentiment de la jalousie, des petites choses comme cela, bon, c'est assez bateau.

Amateurs de citations, ouvrez grands vos yeux, parce que ce qui va suivre va vous décoiffer ; en effet, l'important arrive (aphorismes, formules tonitruantes, métaphores filées) ; je rappelle que ce n'est pas Sacha Guitry qui s'exprime, mais bien notre cher Octave. Petit florilège :

"Le mariage est une urne où avec de l'Or il y a aussi une vipère"

"Le pays du mariage a cela de particulier que les étrangers ont envie de l'habiter, et que les habitants naturels voudraient en être exilés"

"Il n'y a pour un mari que deux bons jours dans le mariage, celui des noces et celui où il voit porter sa femme en terre"

"Un beau visage n'est que l'étui d'une cervelle démontée"

"Une belle femme n'est qu'une montre à répétition dont la boîte est d'or enrichie de diamants, mais qui sonne les heures à toutes les minutes sans aucune régularité"

"Pour rendre un mariage heureux, il faut que le mari soit sourd et la femme aveugle"

Octave, l'affreux misogyne, compare femme et rosier :

"Le rosier reverdit tous les ans, et la femme dont la beauté est fânée ne reverdit jamais / On se défait d'un rosier quand on veut, on ne saurait se débarrasser d'une femme / Enfin le rosier ne coûte presque rien d'entretien, mais une femme qui ne sait ou qui ne veut pas borner ses désirs peut perdre son mari de corps et de biens tout ensemble"

Ce bouquin atroce est précédé d'une introduction du docteur Morel le Polyglotte (cf billet précédent), dont je ne dirai rien de plus ici, si ce n'est qu'il a peut-être inventé le terme de "pornologie" avant Gilles Deleuze (et encore, l'acception n'est sans doute pas la même), dans un autre de ses livres.

Article sous CC-0
To the extent possible under law, Jérôme Nodenot has waived all copyright and related or neighboring rights to Le gallicanaute des naines. This work is published from: France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents