Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


L'écolier en vacances, comédie en 1 acte et en prose, mêlée d'ariettes (1794) - Louis-Benoît Picard

Publié par Jérôme Nodenot sur 25 Avril 2014, 10:16am

Catégories : #Naines noires

Je vais accomplir ici une tâche plutôt cocasse : déterrer un Immortel !

Les Académiciens, en effet, n'échappent pas toujours à l'oubli. Louis-Benoît Picard fut pourtant en son temps un ponte du théâtre français, à la fois acteur, dramaturge, directeur de troupe ; on le comparaît à Molière ! Selon Wikipédia il ne lui manquait que "la profondeur, la force, et surtout le style. D’une grande faiblesse dans la versification et d’une vulgarité banale, d’une excessive diffusion dans la prose, la plupart de ses œuvres, où il s’est appliqué à peindre non les caractères, mais les mœurs, à la physionomie si variable suivant les époques, ne lui ont pas survécu."

La force d'un grand écrivain, c'est d'abord la capacité à sortir de son époque, à atteindre l'universalité, à toucher le lecteur en dehors du facteur temps. Antonin Artaud dira, à propos de l'œuvre de Picard qui s'intitule "Médiocre et Rampant", qu'elle "étonne, comme le spectacle des mœurs d’une peuplade inconnue".

"L'écolier en vacances" étonne aussi, il faut bien le reconnaître, surtout pour les réactions invraisemblables d'un mari et père de famille, qui, après avoir quitté son foyer pour se mettre avec une autre femme finit par se rendre compte (en un instant ressemblant à une épiphanie joycienne) de sa bêtise avant de retrouver son bonheur primitif.

Mais alors, me direz-vous, pourquoi parler d'un livre médiocre, écrit par un auteur passé aux oubliettes ?

Parce que "L'écolier en vacances" est une comédie attachante, et qui malgré tout a certaines résonances avec notre époque.

C'est l'histoire d'une famille : le père, donc, Merval, qui a quitté Elise, sa femme. Henriette, leur fille, croit son père parti en voyage et ne se doute de rien : elle peint un tableau représentant sa maman pour l'offrir à son papa quand il rentrera. Auguste, l'autre enfant, plus âgé, passe une semaine chez son père pendant les vacances (le reste du temps il est interne dans un collège). Antoine, un ami de la famille, aide secrètement Elise qui a du mal à joindre les deux bouts depuis le départ du mari ; d'ailleurs, Rémy, propriétaire du logement d'Elise, et malgré qu'il se soit amouraché d'elle, lui court après, et pas seulement pour la draguer. Toute l'intrigue tourne autour d'un stratagème imaginé par Antoine et Auguste pour tenter de faire en sorte que Merval, le père, comprenne le mal qu'il fait à ses proches et la bêtise de son comportement. Je ne dévoilerai pas, ni les rebondissements, ni la fin de l'histoire, mais rassurez-vous, tout ira bien qui finira bien.

Il est très difficile pour moi de révéler quelles étaient les motivations de l'auteur en écrivant cette pièce (il semblerait qu'il s'y greffe une question de patriotisme que j'ai du mal à cerner), mais il n'empêche : voilà une histoire sympathique et attachante, que l'on qualifierait aujourd'hui d'un peu idéaliste, mais très actuelle dans ce que l'on peut ressentir.

Article sous CC-0
To the extent possible under law, Jérôme Nodenot has waived all copyright and related or neighboring rights to Le gallicanaute des naines. This work is published from: France.

Commenter cet article

Archives

Articles récents