Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


Pour rire à deux : contes (date inconnue) - Olympe Audouard

Publié par Jérôme Nodenot sur 4 Septembre 2014, 17:05pm

Catégories : #Naines brunes

Nouveau design pour la rentrée, et à mes yeux un petit chef-d'oeuvre en son genre, une vraie petite découverte : un recueil des "Mille et une Nuits" version féministe, écrit par Olympe Audouard, qui, malgré une ébauche d'article sur Wikipédia, est passée aux oubliettes, voire n'a pas connu une grande gloire en son temps bien qu'elle fût publiée par Flammarion ou Dentu. Nous pouvons dire d'elle qu'elle était une féministe de la deuxième moitié du XIXème, fervente défenseuse du divorce, divorcée elle-même dès que la loi Naquet est passée, femme libre, grande voyageuse ; en somme, une femme courageuse, au tempérament bien trempé.

A ce propos, camarades mâles qui lisez ces lignes, je vous déconseille totalement la lecture de ce livre ; fuyez tant qu'il en est encore temps, ne tombez pas dans le même piège que moi ! Ah ce titre, comme il est attractif ! On se dit : voilà un livre de contes, drôles, simples, peut-être même un peu grivois, à partager avec sa dulcinée avant, pourquoi pas, d'aller se coucher. Malheur ! J'en arrive à penser qu'en fait si ces contes sont à partager entre deux personnes, ce serait plutôt entre deux copines qui ont envie de passer leurs nerfs sur les hommes.

Dans les "Mille et une Nuits", comme nous le savons, du moins quand on lit les traductions fidèles, les gauloiseries, si j'ose dire, ne manquent pas, ni les sultans cocufiés à tours de bras par leurs épouses ; sauf que dans la plupart des cas, les maris ne perdent pas leur dignité et se vengent de leurs traitresses, à grands coups de décapitations par exemple. Ici, en revanche, les hommes perdent la face à tout jamais, et sont définitivement inférieurs à la femme. Le monde, pour l'auteur, est partagé en deux : les hommes, qui sont forts, et les femmes, qui sont rusées et perfides ; et ce sont toujours ces dernières qui gagnent. Les grandes idées sont : à la moindre occasion il faut se venger du mal que nous font les hommes, il est impossible de n'avoir qu'un seul mari (source d'ennui infini), les hommes ne sont que des niais pleins de force, etc. Tout cela justifié jusque dans la religion (traitée avec grande légèreté et sans s'embarrasser de confondre Bible et Coran à mon avis) dans des contes tels que "Eve et Lucifer", ou encore "L'Amour faisant les cornes à Mahomet".

Si l'on part du principe que, comme dans les "Mille et une Nuits", le plus important n'est pas la morale qui s'en dégage, mais le divertissement, ces contes sont réussis : simples, bien écrits, pleins d'humour, courts, tous les ingrédients sont là pour passer un bon moment, et je trouve qu'ils ont traversé les années sans prendre une ride. Ils sont racontés, comme il se doit, par une Shéhérazade (mais qui est ici un homme, un vieux caïd aussi cultivé qu'une bibliothèque), qui n'a pas son pareil pour tenir ses auditeurs en haleine et leur donner envie de revenir le lendemain écouter une nouvelle histoire.

Oui, décidément, nous nous trouvons ici devant un livre des "Mille et une Nuits" féministe, qui, malgré quelques faiblesses, mériterait un sort meilleur que de rester dans l'oubli. Vous lirez avec grand plaisir "Le Mannequin", "La femme bête et le neveu obéissant", "La femme du médecin", ou encore "Le Djinn amoureux", entre autres.

Article sous CC-0
To the extent possible under law, Jérôme Nodenot has waived all copyright and related or neighboring rights to Le gallicanaute des naines. This work is published from: France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents