Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


Parigotes ! (1898) - Jules Lévy

Publié par Jérôme Nodenot sur 29 Octobre 2014, 19:23pm

Catégories : #Naines noires

Admirons l'abnégation de Jules Lévy, qui fut le co-fondateur du club des Hydropathes (1878-1880) et le chef d'un autre mouvement associé au premier, celui des Arts Incohérents (1882-1887) ; mouvements littéraires et artistiques qui ont eu en leur temps une belle notoriété, certes éphémère, et qui comptent même des succédanés jusqu'à aujourd'hui. Abnégation, dans la mesure où, lorsqu'il a écrit par exemple "Parigotes !", ces deux clubs n'existaient plus, sauf pour Lévy qui tenta de les faire revivre plus ou moins jusqu'à la fin de sa vie, cinquante ans plus tard au moins.

Le leitmotiv de ces deux associations d'artistes était de "faire rire", tout simplement, sans morale, sans prendre partie ; le rire, comme exutoire sans doute, comme philosophie, faisant de ce mouvement un précurseur du rire moderne, à travers tous les arts, des expositions, des cafés littéraires, etc.

J'ai trouvé sur le Web un texte, tiré du livre "Fumisteries", qui pourrait constituer une poétique de ce qu'est un "auteur gai" ("Parigotes !" en effet appartient à la collection des "auteurs gais"), écrit par un contemporain des Hydropathes, Jean Goudezki (poète et chansonnier), qui n'apparaît nulle part comme faisant partie du club mais dont l'appartenance montmartroise à l'époque idoine me fait dire qu'il en était au minimum très proche. Je donne le lien ci-dessous, mais voici déjà une phrase qui résume bien l'état d'esprit : "Il (l'auteur gai) se lève et se dit en bâillant d'un air sinistre : "Soyons drôle !"".

La peinture de mœurs est l'un des genres préférés des Hydropathes ou des Incohérents, et "Parigotes !" en fait partie : le livre est constitué de petits contes parisiens sans grande prétention mais fort plaisants à lire, dans lesquels les femmes, souvent frivoles, jamais dégradées, le plus souvent victorieuses et attachantes, tiennent le haut du pavé. Une épouse de musicien célèbre tente de passer une soirée parisienne avec son amant, mais dans tous les endroits où ils se rendent on entend les chansons du mari ; un groupe d'amies sont à une soirée et passent leur temps à critiquer tout ce qui s'y passe, avant de décider de ne plus venir désormais aux soirées données par leur hôte (mais elles y reviendront pourtant) ; une autre dame, entretenue par des amants, se voit obligée de faire face à une situation embarrassante : le hasard a réuni tous les amants à son domicile en même temps (mais elle s'en sortira très bien) ; un homme doit prendre le train mais, trop amoureux de sa maîtresse, il lui affirme être prêt à ne partir que le lendemain afin de rester une nuit encore avec elle : la dame finira par lui avouer, sans trop de gêne, qu'en fait elle avait rendez-vous avec un autre quelques minutes plus tard, etc. Autant d'historiettes plus amusantes les unes que les autres, qui aurait mérité parfois d'être développées, quand elles ne finissent pas, pour certaines, beaucoup trop rapidement.

Un livre qui flaire bon l'esprit parisien du Montmartre de la fin du XIXème siècle.

Article sous CC-0
To the extent possible under law, Jérôme Nodenot has waived all copyright and related or neighboring rights to Le gallicanaute des naines. This work is published from: France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents