Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


Coco le Têtu (1889) - G. Gaulard.

Publié par Jérôme Nodenot sur 19 Octobre 2016, 17:51pm

Catégories : #Naines brunes

G. Gaulard est l'auteur et l'illustrateur d'une collection d'albums jeunesse. Une dizaine de livres, tous avec le même nombre de pages et le même nombre d'illustrations (seize), très formatés ; cela participe d'ailleurs, à mes yeux, au plaisir que l'on ressent à lire ses ouvrages, comme une sorte de récréation, d'évasion dans un monde très enfantin, encadré, dont les héros sont toujours des animaux. Des histoires moralisatrices, sans doute, mais aussi assez drôles. J'aime à m'autoriser ce genre de fantaisie de temps à autre. 

Je ne sais rien sur l'auteur, je me dis qu'il était peut-être un militaire (ou ancien militaire), vu qu'il a écrit aussi un "Grand Alphabet Militaire", un livre de dessins sur l'armée mais bon... ce n'est pas une certitude.   

Je vous invite à parcourir sa bibliographie sur Gallica, presque toute son œuvre y est numérisée : http://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&query=%28gallica%20all%20%22G.%20Gaulard%22%29&suggest=0.

Pour ma part, je me suis concentré sur l'histoire de Coco, un mulet très têtu, mais aussi, je trouve, assez facétieux. Il vivra des épisodes sympathiques, drôles, avant de terminer sa vie... bêtement, et surtout à cause de son incorrigible entêtement.

Déjà j'ai compris, grâce à ce livre, d'où venait l'expression "Hue, Coco !" : c'était un nom très répandu autrefois chez les animaux.

Page 3

Page 3

Coco le Têtu a deux passions : faire sa bourrique, et mordre les fesses (humains ou chevaux, en particulier), auxquelles j'en ajouterai peut-être une troisième : envoyer les charrettes qu'il tire dans le décor.

Voici la scène qui constitue le début de sa déchéance : quand il mord le postérieur de son très honorable maître ; ce dernier, du coup, le vendra à la gendarmerie.

Page 8

Page 8

Au départ, avec les militaires, tout va bien, jusqu'au moment où il prend à Coco la fantaisie de mordre le derrière du cheval noir qu'est en train de monter le brigadier Bombardeau :

Page 11

Page 11

Pour la première fois de sa vie, Bombardeau tombe de cheval, et il jure de dompter ce mulet une bonne fois pour toutes. Ce qu'il parviendra à faire, en chevauchant Coco en un rodéo digne des plus grands westerns.  

Page 13

Page 13

Difficile de ne pas admirer au passage l'habileté et l'élégance de Bombardeau, qui maîtrise son sujet au point de ne pas avoir besoin de jeter son cigare : 

Page 14

Page 14

Coco, après cette confrontation au-dessus de ses forces, décide de faire profil bas et d'essayer de se faire à sa nouvelle vie. Il y parvient, jusqu'au moment où... mais je ne vous en dirai pas plus.

Tous les albums de la collection sont du même style, ils se lisent rapidement et avec un grand plaisir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents