Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


Tuer les vieux, jouir ! : roman vache (1925) - Félicien Champsaur.

Publié par Jérôme Nodenot sur 9 Janvier 2017, 10:59am

Catégories : #Naines noires

Derrière un titre digne du slogan politique d'un parti extrémiste ; derrière une intrigue de roman noir, se cache en réalité dans cet ouvrage une réflexion sur le cynisme chez les rescapés de la Grande Guerre. Il est question ici, en effet, de cette génération que Gertrude Stein, dans le "Paris est une fête" d'Hemingway (un livre que j'adore, soit dit en passant) appelle la "génération perdue".

Dans le quartier de Grenelle à Paris, Antoine Aubert est le propriétaire d'une usine métallurgique ; son fils Etienne, qui travaille avec lui et qui sera son héritier, est un héros de guerre. Sixte Coutan, l'associé d'Antoine Aubert, a aussi fait la guerre ; il est marié à Josette, qui est devenue pendant que son mari était sur le champ de bataille la maîtresse du "vieux", Antoine Aubert (il n'est pourtant que de la génération précédente, 20 ans d'écart). Le problème de ces jeunes qui rentrent de la Guerre, c'est qu'ils sont ambitieux, sans scrupules, sans compassion, et qu'ils veulent tout, tout de suite. Ainsi, profitant du fait qu'Antoine Aubert souhaite acheter les parts de Sixte Coutan afin de devenir le seul patron de l'usine, ce dernier et sa femme Josette prennent l'argent pour mener la grande vie et spéculer, de façon à gagner de l'argent rapidement, dans des affaires plus ou moins légales. Quant à Etienne, il trouve son père mou et beaucoup trop gentil avec les ouvriers ; il faudrait qu'il prenne en urgence les rênes de l'usine. Mais comment ? En commanditant un paricide ! Feront alors leur apparition Tom (escroc ésotérique), un ami d'Etienne et sa copine Berthe ; Berthe qui organisera le crime en engageant Baudard (et sa copine Sans-Liquette). Baudard deviendra ouvrier dans l'usine et trouvera le moyen (particulièrement atroce) d'en finir avec le vieux patron. Sauf qu'Antoine Aubert, avant de mourir atrocement, venait de se remarier (après avoir été veuf pendant quelques années) et avait très vite mis sa nouvelle épouse, Aline, enceinte. Etienne devient patron de l'usine (et en fait il suivra la même politique que son père avec les employés !), mais il doit faire face à ce nouveau problème : il n'est pas le seul héritier et devra un jour partager l'usine avec un autre. En outre, il a terriblement envie de posséder (je ne pense pas qu'on puisse vraiment parler d'amour) Aline, qui refuse ses avances. Entre tout, Etienne veut de nouveau tuer, si possible le bébé (son demi-frère !). Il engage de nouveau les mêmes personnes pour faire le travail, mais là les choses se passeront de manière très différente et tous les méchants finiront mal.

Entre Paris et la Côte d'Azur, un roman passionnant, qui est aussi pour l'auteur l'occasion de régler quelques comptes avec le milieu littéraire, qui est lui aussi touché, d'après Champsaur, par ce cynisme des jeunes.

L'intrigue, quand on en fait un résumé rapide comme moi ici, paraît tirée par les cheveux, mais quand on lit le livre les arguments sont beaucoup plus approfondis et c'est vraiment captivant.

Félicien Champsaur était un écrivain et un journaliste très connu à l'époque (fin XIXème - début XXème). Une figure parisienne, totalement oubliée aujourd'hui. J'ai trouvé sur Gallica une anecdote sur ses obsèques, qui en dit peut-être assez long sur le personnage : (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56581865/f137.image.r=lachaise.langFR)

Tuer les vieux, jouir ! : roman vache (1925) - Félicien Champsaur.

Voici un extrait montrant l'état d'esprit de ce livre, et qui en explicite le titre : 

Pages 14-15.
Pages 14-15.

Pages 14-15.

Le même état d'esprit, mais du côté des vieux, en l'occurrence Antoine Aubert (qui évoque au passage son propre fils Etienne) :

Page 64

Page 64

Mais ce roman est surtout l'occasion de passer un excellent moment de divertissement. Voici le passage de l'assassinat d'Antoine Aubert :

Pages 91-92
Pages 91-92

Pages 91-92

Un passage délicieusement érotique : Josette, la femme de Sixte Coutan (l'associé d'Antoine Aubert à l'usine), tente de convaincre son mari d'accepter l'argent des parts d'Aubert pour quitter l'entreprise et mener la grande vie :

Pages 20-22
Pages 20-22
Pages 20-22

Pages 20-22

Les motivations de l'auteur, dans ce livre, sont-elles purement psycho-sociologiques, ou le fruit d'une frustration chez ce dernier ? De rancœurs de sa part envers de jeunes écrivains qui pourraient l'écarter de la scène littéraire ? Entre la deuxième partie du livre et la troisième, il écrit un intermède dans lequel il développe sa pensée sur les conflits entre générations après la Grande Guerre, et il donne une vision très satirique de cette compétition dans les milieux littéraires :

Page 153

Page 153

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents