Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


Dans les nuages, histoires en l'air (1853) - Théodore Michel.

Publié par Jérôme Nodenot sur 25 Avril 2017, 09:50am

Catégories : #Naines brunes

Un jour, Théodore Michel est né. Et puis un jour, il est mort. Ce qui s'est passé entre ces deux dates pour lui, nous n'en savons rien. Nous ne connaissons d'ailleurs même pas ces dates précisément ; cela se situe au XIXème siècle, mais c'est tout. Et pourtant, tout à fait par hasard, j'ai eu l'occasion de croiser son fantôme dans Gallica : Théodore Michel a écrit cinq livres, qui à mon avis n'ont jamais eu de réelle existence, y compris de son vivant. Mais ils sont toujours là, ces livres, et, en fin de compte, très longtemps après sa mort, Théodore Michel continue à nous parler, pour peu que nous voulions bien écouter ce qu'il a envie de nous dire. 

La vérité, c'est que Théodore Michel est un auteur complet : un recueil de poésies, un livre d'histoire (sur sa terre d'origine, Vernon), un livre de fiction (celui dont je vais parler ici), une pièce de théâtre... il s'est exprimé à travers tous les genres, et a écrit sur une période de treize ans, entre 1840 et 1853.    

"Dans les nuages", comme souvent quand il s'agit de livres inconnus, est auréolé de mystère, il est difficile de toujours comprendre les intentions de l'auteur, ses motivations, ce qui l'a inspiré. Quoiqu'il en soit, j'ai adoré cette promenade en montgolfière, agrémentée d'histoires racontées par les voyageurs, inspirées par les lieux qu'ils survolent. C'est un petit livre de 70 pages (Théodore Michel n'avait pas un énorme souffle romanesque), mais cette ambiance à la fois éthérée et humoristique a quelque chose que j'ai trouvé magique.

Le narrateur (qui est peut-être l'auteur, à mon avis) vit à Paris. Il reçoit une invitation de la part d'un aéronaute de sa connaissance, Toutain, qui lui demande de bien venir à l'Hippodrome le lendemain, lieu de départ pour une balade en ballon à laquelle il peut participer. 

 

        

Page 3

Page 3

Ils seront accompagnés par le vicomte de Champdieu, un grand voyageur, et par M. Briochet, un voisin de Toutain très bedonnant, qui arrive un peu en retard et qui est partagé entre excitation et peur panique. Mais, tandis que les passagers sont regroupés autour de la nacelle en attendant le moment du départ, Briochet aperçoit arrivant dans le public sa femme et un avocat qui l'accompagne : effrayé, il monte dans la nacelle et se couche dedans. Enfin, c'est l'heure du départ, mais, tandis que le ballon débute son ascension, les trois autres passagers de la nacelle s'aperçoivent que Briochet s'est endormi :   

Page 6

Page 6

Que s'est-il passé entre Briochet et sa femme ? C'est ce que nous apprendrons, entre autre, au cours de ce voyage en ballon au-dessus de la région parisienne et la Normandie. Les zones survolées inspirent aux passagers souvenirs et anecdotes, qui égaieront le voyage : "Les trente sous de Béranger", "Histoire de Briochet, "Une histoire du XIIIème siècle", etc.

Voici un extrait qui me fait penser que le narrateur et l'auteur ne font qu'un (Théodore Michel est originaire de Vernon, on l'a vu) :

Page 24

Page 24

On traverse un orage, Toutain fait monter très haut le ballon, et offre à ses compagnons un petit festin avant de redescendre. A l'époque les montgolfières ne se dirigeaient pas comme aujourd'hui, et nos héros finissent par atterrir dans le parc d'un château, près d'Evreux. 

Page 39

Page 39

Le châtelain et ses nombreux invités accueillent les voyageurs avec grand plaisir, et ces derniers assisteront à une soirée au cours de laquelle ils auront droit à une pièce de théâtre privée (et le lecteur aussi, par la même occasion), un bon repas, avant de rentrer à Paris dans la nuit.

Dans le catalogue général de la BnF, les notices concernant Théodore Michel le signalent à chaque fois en tant qu'auteur comme "Théodore Michel (menuisier)" ; je me dois donc de le signaler ici, puisque apparemment il avait l'air de tenir à ce que l'on sache quelle était sa profession.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lydia 28/05/2017 15:42

Voilà qui est intéressant. Gallica est vraiment une mine au filon inépuisable.

Angeline 02/05/2017 22:47

'aime me promener ici. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog (cliquez sur pseudo)

Archives

Articles récents