Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


Vie de Guy Du Faur de Pibrac, de Guillaume Colletet... publiée avec notes et appendices par Philippe Tamizey de Larroque (1871).

Publié par Jérôme Nodenot sur 13 Juin 2017, 17:12pm

Catégories : #Naines noires

Je suis actuellement à la maison. A l'étage, je contemple depuis une fenêtre le château de Pibrac (on habite juste à côté). Et je me rappelle que dans ce château, plus de 500 ans plus tôt, un ancêtre des habitants actuels, Guy du Faur de Pibrac, a écrit ses "Quatrains", plutôt célèbres à l'époque, salués par Ronsard en personne, réédités jusqu'au XIXème (donc pendant quand même plus de trois siècles)... et totalement oubliés aujourd'hui.

Je regarde la tour du château où de Pibrac écrivait ses "Quatrains", et je ressens une sorte de magie dans le fait de, simultanément, les faire apparaître sur mon ordinateur, à travers Gallica ; comme si le fantôme de de Pibrac m'envoyait son livre depuis sa tour, en utilisant par exemple un pigeon pour parcourir les 150 mètres qui la sépare de ma fenêtre. Cette impression de simultanéité par-delà les siècles me donne le sentiment d'entrer dans une autre dimension. C'est beau.

Le livre sur de Pibrac dont je vais parler ici a été publié au XIXème siècle, mais il s'agit en fait de la réédition d'une biographie écrite par Guillaume Colletet (autre poète, du XVIIème cette fois, l'un des tout premiers académiciens... totalement oublié lui aussi de nos jours : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Colletet), à laquelle l'éditeur (Philippe Tamizey de Larroque, historien et bibliophile : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Tamizey_de_Larroque) a ajouté des annotations et un appendice. Le fantôme de de Pibrac a donc fait, avant d'arriver jusqu'à moi à travers ce livre, plusieurs bonds, l'un dans le XVIIème siècle, un autre dans le XIXème, et le dernier dans le XXIème. Qui sait, peut-être qu'il poursuivra sur sa lancée et qu'après avoir sauté par dessus le XXIIème il ira visiter une autre personne à travers cet article, au XXIIIème siècle, puisqu'il semblerait que ce soit ici son rythme de croisière. Pourquoi pas ? Ce genre de correspondance fait partie du monde de la Bibliothèque, clins d'oeil inutiles mais aussi tellement magiques.

Il existe encore des biographies de Guy du Faur de Pibrac, par exemple sur Wikipedia, et je ne vais donc pas m'y attarder ; disons en gros qu'il fut aussi avocat et un homme politique de renom (l'un des représentants de Charles IX au Concile de Trente, chancelier de Henri III et Marguerite de Navarre, etc.). Il est malheureusement connu enfin pour les râteaux qu'il s'est pris de la part de cette dernière.   

Pour ma part, je m'attacherai davantage à retenir sur mon blog quelques passages anecdotiques et/ou qui m'intéressent en tant que Pibracais.

Ici, par exemple, une note parle de la commune de Pibrac, de la notoriété qu'elle avait à l'époque où Guy était encore connu, mais aussi de Sainte-Germaine, notre Bernadette à nous, qui apportait encore plus de célébrité au village ; célébrité, il faut bien l'avouer, qui n'a pas perduré jusqu'à aujourd'hui (le pélerinage existe toujours, mais on est loin de l'affluence de Lourdes !) :   

Page 9

Page 9

Manifestement de Pibrac a eu du bol quelques semaines après sa naissance :

Page 10

Page 10

Mais il fut aussi très touché par le malheur :

Page 18

Page 18

A la mort de Charles IX, son frère Henri III (roi de Pologne) doit abandonner son trône pour devenir le nouveau roi de France. De Pibrac, alors son chancelier, va l'aider à s'évader de Pologne. Isolé à un moment donné pendant cette aventure, ce dernier a connu l'Enfer : 

Page 23

Page 23

Voici un portrait de Guy du Faur de Pibrac :

Page 35

Page 35

Eloge de de Pibrac par Pierre de Ronsard :

Page 46

Page 46

Une note, en bas de la page 58, parle du château et de la venue entre autre de Catherine de Médicis : 

Page 58

Page 58

Montaigne aussi a parlé de de Pibrac...

Page 69

Page 69

... Mais encore quelques autres, notamment Madame de Maintenon :

Page 74

Page 74

Pour terminer, le début du long poème "Les plaisirs de la vie rustique", que personnellement je préfère aux "Quatrains" : 

Pages 43-44
Pages 43-44

Pages 43-44

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents