Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Le gallicanaute des naines brunes et noires

Ma bibliothèque constituée à partir de Gallica d'auteurs oubliés (naines noires) ou n'ayant jamais été sous les feux de la rampe (naines brunes). Complétée par des propositions de lectures insolites.


L'Enfant des montagnes (1867) - Victor Sauquet

Publié par Jérôme Nodenot sur 30 Septembre 2014, 10:42am

Catégories : #Insolites

Le hasard de nos pérégrinations sur Gallica nous réserve parfois de sacrées surprises. Ayant l'envie de m'évader un peu du quotidien je cherchais un roman sur la montagne, et ce titre, "L'Enfant des montagnes", semblait convenir à mes aspirations du moment. Mais en lisant les premières pages j'ai pris peur : "Les ouvrages composant la Bibliothèque morale de la jeunesse ont été revus et ADMIS par un Comité d'Ecclésiastiques nommé par Son Eminence Monseigneur le Cardinal-Archevêque de Rouen" ; et l'éditeur d'insister sur ce point à deux reprises, en rappelant le rôle primordial que doit jouer l'Eglise dans l'éducation des enfants, avant d'attaquer le roman proprement dit. Après hésitation à entamer les 250 pages de l'ouvrage je me suis dis : "Bon, un peu de morale ne fait jamais de mal après tout, et ce pourrait être raffraîchissant de lire ça quand on vit dans un monde qui en manque un peu ; et puis au pire, ce sera marrant, on verra bien".

Je suis allé jusqu'au bout et, sans parler de chef-d'oeuvre, je ne me suis pas ennuyé, je me suis même pris d'une certaine affection pour le héros ; en un mot, je n'en regrette pas la lecture, loin de là. J'ai pu trouver plusieurs intérêts dans ce livre : il est très représentatif de ce que pouvait être le mode d'éducation (fondé sur le conditionnement) des enfants de familles aisées dans la deuxième moitié du XIXème siècle ; il s'agit d'une histoire concernant la colonisation de l'Algérie par la France (les années 1845-47 et la chute d'Abd-el-kader) ; enfin, un livre de guerre proprement dit, présenté clairement comme inspiré directement d'un personnage ayant réellement existé.

Dans la deuxième moitié du XIXème il existait donc des éditeurs (le plus souvent provinciaux) spécialisés dans cette littérature catholique, qui faisaient le bonheur des enfants sages et bons élèves qui les recevaient comme prix en récompense pour leurs efforts. Il existe plusieurs rééditions de "L'enfant des montagnes", preuve s'il en est du succès que connaissaient ces collections à l'époque. Et puis, avec Jules Ferry et l'école laïque, elles ont peu à peu décliné, remplacées par des éditeurs parisiens qui publiaient des livres pour la jeunesse tout aussi "édifiants" (mais avec d'autres idées) et d'une pas forcément meilleure qualité littéraire, si j'en crois M. Raymond Perrin dans son "Fictions et journaux pour la jeunesse au XXème siècle" dont je donne un extrait en lien.

"L'enfant des montagnes" raconte l'histoire de Julien, orphelin qui va, par dévouement chrétien, remplacé un autre jeune homme de son pays (Cauterets dans les Pyrénées) ; ce dernier avait tiré un mauvais numéro et devait partir dans l'armée incessamment sous peu, alors qu'il jouait un rôle majeur dans la bonne marche du foyer constitué de lui-même et de ses parents très âgés. Pour lui éviter la peine de devoir laisser ses parents dans la difficulté, Julien part à sa place. Nous suivons ses aventures qui le mèneront en Algérie. Tout au long du livre il fera preuve de bravoure, d'intégrité absolue, et parlera de Dieu à qui voudra bien l'entendre (ou non) à la moindre occasion. Mais ce n'est pas trop gnangnan, je trouve, avec parfois de l'humour et un brin d'exotisme, dans un style sobre, sans fioritures, et sans trop de digressions théologiques (ou plutôt qui se fondent assez bien dans l'intrigue).

La colonisation de l'Algérie est traitée comme le lecteur peut s'y attendre : une démarche légitime (mais à l'époque tout le monde trouvait cela normal de "pacifier" les Barbares, même des hommes comme Victor Hugo malgré quelques réserves). On peut regretter toutefois des prises de positions toujours très "à droite", l'armée a toujours raison même quand elle est contestée à certains moments dans la presse française, à travers les décisions ici, par exemple, du colonel Pelissier dans l'épisode de l'insurrection du Dahra.

Pour finir, un héros infaillible, un exemple pour tous les écoliers de France, né aussi je trouve sous une bonne étoile (il est souvent là où il faut être au bon moment, il a pas mal de chance) mais des camarades moins lisses et sympas comme Goliath et "le tambour".

Et une histoire vraie, paraît-il, donc. Mais pourrait-on imaginer un auteur catholique coupable de mensonge ?

Disponible également chez Hachette BnF.

Article sous CC-0
To the extent possible under law, Jérôme Nodenot has waived all copyright and related or neighboring rights to Le gallicanaute des naines. This work is published from: France.

Commenter cet article

Archives

Articles récents